L’usage du mouchoir en tissu au Japon

Un japonais doit avoir 3 mouchoirs :
Un pour s’essuyer les mains, un second pour la nourriture et un troisième pour essuyer les larmes de quelqu’un…

Au Japon, se moucher devant quelqu’un est considéré comme assez vulgaire, et totalement déconseillé dans les lieux publics. Mieux vaut s’isoler pour cela ! Mais curieusement, faute d’utiliser un mouchoir, il est courant de voir et d’entendre des japonais renifler avec bruit dans le métro en hiver. Ce qui choque, il faut l’avouer, nos oreilles occidentales …

Petit rappel historique …

Le mouchoir en papier « de soie » apparaît au cours du IXe siècle au Japon.

Dès la période de Heian (794-1185) les dames de la cour et les nobles japonais portent à la ceinture des feuilles blanches qui leur servent de mouchoirs.

À l’époque d’Edo (env. 1600-1868) on leur donne le nom de « nuigishi » c’est-à-dire « papier à essuyer » car ils servaient à essuyer la lame de sabre ou le sexe, en fonction des besoins du moment.

Ces témoins des ébats amoureux font partie du décor des estampes japonaises érotiques. Ils parent la bouche des courtisanes afin d’étouffer leurs cris de volupté puis servent à la toilette intime avant d’être jetés ou abandonnés sur le sol auprès de la couche.

Utamaro : Beauté tenant un mouchoir

Utamaro : Beauté tenant un mouchoir

Mouchoir en tissu éponge

Coton ou éponge ?

Le rapport des japonais à l’hygiène et à la morale est très sensiblement différent de notre contexte occidental. Pour se moucher, ils utilisent ainsi exclusivement des mouchoirs jetables, la toile de coton servant à s’essuyer les mains ou à s’éponger le front, la nuque, etc.

Cette fonction principale d’essuyage entraîna l’apparition massive de tissu-éponge au détriment de la popeline de coton, moins absorbante.

Ces mouchoirs en éponge sont appelés Hankachi (ハンカチ), un emprunt abrégé de l’anglais « handkerchief » signifiant « mouchoir », dérivé de « kerchief », lui-même emprunt déformé de l’ancien français « couvre-chef ».

Boutique de mouchoirs au Japon

Le mouchoir comme support de publicité

Les entreprises font distribuer des paquets de mouchoirs gratuits dans la rue ; cette distribution aux passants est très répandue et elle existe depuis 1969 !
Sur les paquets de mouchoirs sont imprimées des publicités (sans rapport avec les mouchoirs jetables). Le mouchoir sert ainsi de support d’une publicité polie (offerte avec le mouchoir, proposée et non imposée).
Cette distribution a un succès relatif ; d’un côté, les Japonais utilisent peu les mouchoirs en public; d’un autre côté, l’aspect gratuit et le fait qu’on peut utiliser un mouchoir en papier pour n’importe quelle tâche hygiénique permettent malgré tout un certain succès à cette méthode publicitaire. Preuve en est, la diversification des publicités : avant les années 1990, on ne trouvait que des publicités pour des banques ou des téléphones roses. Aujourd’hui, le paquet de mouchoir est devenu un espace publicitaire comme les autres.

Distribution de mouchoirs publicitaires
Écoliers japonais

Un mouchoir pour l’école

Dès leur entrée à l’école, les enfants japonais emportent tous les jours un mouchoir en tissu dans leur poche. C’est même obligatoire dans de nombreuses écoles et cela fait partie des règles de propreté élémentaire.

L’enfant peut ainsi à tout moment essuyer sa sueur ou une tâche et sécher ses mains lavées plusieurs fois dans la journée, car les jeunes élèves se lavent les mains après chaque récréation.

Le mouchoir dénote aussi une certaine rigueur dans le caractère de son possesseur que l’éducation japonaise tente d’insuffler aux jeunes. Il est donc hors de question de se moucher avec.

Cette habitude d’avoir toujours un mouchoir en tissu en poche, l’enfant la gardera une fois devenu adulte dans la plupart des cas.

Un mouchoir pour emballer ?

Le mouchoir peut aussi être utilisé pour emballer un cadeau, suivant la technique du Furoshiki.

Mais plus qu’un simple objet d’utilisation courante, le mouchoir en tissu est l’un des cadeaux les plus répandus au Japon.
Neuf Japonais sur dix achètent un mouchoir pour l’offrir à un être cher, c’est l’un des cadeaux les plus populaires à faire au Japon.

L’utilisation très privée d’un mouchoir lui conférant un certain romantisme, une intimité particulière. Le mouchoir prend aussi la signification de l’adieu, parce que l’on l’agite pour dire au revoir.

Mouchoirs utilisés pour faire des furoshiki
Maison Nakanishi à Tokyo

La très luxueuse Maison Nakanishi à Tokyo

Offrir un mouchoir !

Neuf Japonais sur dix achètent un mouchoir pour l’offrir à un être cher, c’est l’un des cadeaux les plus populaires à faire au Japon. L’utilisation très privée d’un mouchoir lui conférant un certain romantisme, une intimité particulière. Le mouchoir prend aussi la signification de l’adieu, parce que l’on l’agite pour dire au revoir.

Pour remplir ces différentes fonctions, besoins quotidiens ou cadeau précieux, les Japonais ont le choix dans une large de gamme de mouchoirs en tissu allant de quelques euros à plus de 800€ chez la prestigieuse Maison Nakanishi à Nihombashi, un quartier de Tokyo.
La maison Nakanishi existe depuis 1879, c’est une entreprise familiale de plus de 4 générations.
La boutique propose de nombreux motifs, et il est également possible de commander des mouchoirs brodés personnalisés avec une lettrine ou un dessin à destination d’un être aimé.

Collection Voyage au Japon